Vol-éval...

Exprimez vous, libres opinions, vos idées...

Vol-éval...

Messagepar Pegase.tv » 23 Déc 2011, 11:12

Comme suggéré, voici donc un post dans lequel vous pouvez raconter/confronter vos impressions en matière de pilotage de n'importe quelle machine volante sur laquelle vous avez volé. Pas besoin de rédiger des rapports d'essai en vol, mais si vous savez faire ça, pourquoi pas?
Allez, au boulot.
BC
Pegase.tv
Site Admin
 
Messages: 4097
Inscrit le: 06 Fév 2003, 16:19
Localisation: Nantes

Re: Vol-éval...

Messagepar masquaret31 » 23 Déc 2011, 21:10

Concernant le Robin ATL que j'ai pu piloter en tant qu'élève pendant 1 ou 2 heures, je retiens que c'était un avion agréable pour se balader, la postion assise/allonger était sympa, ainsi que la position des ailes. Je n'ai pas du tout aimè les remises gaz avec ces quelques ratatouillages lorsque la manette de gaz était ramenée un peu trop vite en avant, ni les freins sur les palonniers des premières versions. Il est certain que si cet avion était remotorisé aujourd'hui avec un rotax 912 les perfos ne seraient pas les mêmes, mais le domaine de vol serait certainement trop limité.
masquaret31
 
Messages: 21
Inscrit le: 24 Jan 2004, 11:21
Localisation: Istres

Re: Vol-éval...

Messagepar JLS » 23 Déc 2011, 22:29

OK Bernard tu veux qu'on te parle des bons ou des mauvais avions?
Liberté Egalité Electricité http://www.aeroskylux.com/
JLS
 
Messages: 666
Inscrit le: 19 Août 2008, 11:17
Localisation: Oulanbataar de temps en temps seulement

Re: Vol-éval...

Messagepar Philippe » 23 Déc 2011, 22:39

Le MIG ! Le MIG !
Philippe
 
Messages: 571
Inscrit le: 04 Avr 2003, 17:45
Localisation: Châtillon-en-Michaille (Ain)

Re: Vol-éval...

Messagepar JLS » 23 Déc 2011, 22:49

ça, ça va pas être possible, je n'ai pas été autorisé à le piloter, mais si je rencontre Frankie, mon pilote, pilote d'essai de marque sur le type, 5000 h+ et toujours vivant et en un morceau, (c'est lui qui m'avait dit un jour "la chose tue dans toutes les tranches de la population") plus quelques victoires secrètes (accessibles seulement par les copains et après une certaine heure), je lui demanderai un C/R. Il doit traîner quelque part sur le net une éval du F-13 par un pilote finlandais qui est très bien faite (à une époque je la savais presque par coeur) si je la retrouve je la publierai. Ce qui m'avait le plus marqué c'était les recommandations très fermes sur la loi de descente.
F-ZAGR.
Dans celle belle opération je n'étais (hélas) pas le pilote mais le patron. Et j'avais d'autres soucis que de monter dedans.
Liberté Egalité Electricité http://www.aeroskylux.com/
JLS
 
Messages: 666
Inscrit le: 19 Août 2008, 11:17
Localisation: Oulanbataar de temps en temps seulement

Re: Vol-éval...

Messagepar Philippe » 24 Déc 2011, 00:06

Pour rester dans les réacteurs, je vais vous parler de mes impressions de vol sur Fouga Magister. C'est sûrement l'avion que je connais le moins, mais il représente aussi quelque part ce qui était pour moi le rêve inaccessible d'où ces souvenirs qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire. On a toujours envie de ce que l'on n'a pas c'est bien connu.
Explications: ayant grandi avec les aventures de Tanguy et Laverdure j'ai toujours voulu piloter un jet à cocarde mais les circonstances ont fait qu'il m'a été impossible d'envisager une carrière professionnelle qu'elle soit civile ou militaire.
Bref, c'est en tant que médecin et appelé que j'ai endossé l'uniforme de l'Armée de l'Air au début des années 90. Mon médecin-chef ayant remarqué que j'étais un peu fana il pensa à juste titre que m'envoyer "jouer" à Salon me ferait le plus grand bien. Faut dire qu'à la base radar du Mont Verdun (Lyon) ils en avait un peu marre de voir leur aspi faire des courses en fauteuil roulant tracté par un cerf-volant... Comme il était colonel, les choses ont été très simples et l'ordre de mission arriva très vite...
Donc comme dans un rêve, je me suis retrouvé avec avec la combinaison et le masque à oxygène sur le pif assis aux commandes d'un jet hurlant (Ah oui, un fouga ça hurle vraiment, ce n'est pas du double-flux !) avec de belles cocardes bien visibles sur mes ailes.
Nous allions donc jouer dans les Alpes du Sud. Le colon avec moi dans l'avion (qui était donc un copain de mon médecin-chef), me laissait jouer comme j'en avais envie en enfilant les vallées en radada (comme les gorges du Verdon à l’intérieur). Il a même accepté un petit caprice: à l'époque le plateau d'Albion était actif et j'avais toujours eu envie de survoler les sites de lancement des missiles nuc. En Robin ça ne m'était pas possible car il existait une zone interdite autour, mais en avion avec cocarde...
On a pu aussi voltiger un peu de basique de 1er cycle (ouais OK, de toute façons le 2eme cycle sur Fouga ça serait difficile).
Les impressions étaient d'avoir un avion aux commandes très précises, relativement vif sans demander trop d'effort. La vitesse ne m'avait par contre pas beaucoup impressionnée: oui c'est plus rapide qu'un Robin, mais on a quand même le temps de voir venir: ce n'est pas un chasseur supersonique !
Ce qui m'a le plus marqué était donc plus l’environnement tant désiré ("vraies" cocardes sur un "vrai" avion militaire en service, hurlement des réacteurs, combinaison, masque, etc... etc...) que la machine en elle-même.
Cette histoire ne serait plus trop possible de nos jours: non seulement il n'y a plus de service militaire mais quand on voit que les élèves de Salon volent maintenant sur Grob... Heu... Là non désolé ça ne me fait pas rêver du tout, je préfère faire un tour de CAP10 à l'aéro-club !

Quelques photos souvenirs (que j'avais déjà du vous montrer, mais tant pis !):

Image
Image
Image
Image

Tiens, j'avais dit que je parlerai de l'autogire... Tant pis, la prochaine fois ! :roll:
Philippe
 
Messages: 571
Inscrit le: 04 Avr 2003, 17:45
Localisation: Châtillon-en-Michaille (Ain)

Re: Vol-éval...

Messagepar passion-avion » 24 Déc 2011, 10:04

salutatous,
aller je vais vous parler d'un des avions que j'ai aimé le moins, le C150 , et pourtant il reste un des avions qui m'a marqué, car c'est l'avion de mon lâché,

le souvenir du jour du premier solo sur cette machine est encore présent presque 30 ans après, pfftt ça passe vite, alors que pas mal mal d'autre lâché ne m'ont pas tant marqué,

par contre ce cessna 150 puis le 152 qu'est ce qu'il est lourd, la cinématique des commande durci tout ça , et du coup le rend peu vif ou du moins peu sensible aux commandes, une bourrasque de vent ou une grosse turbulence il faut un gros braquage aux ailerons et on attendant que ça se passe,

une prise de terrain en encadrement , toujours la sensation qu'il va manquer 10 m ou plus pour avoir la piste, cette désagréable impression qu'il n'y a pas de réserve, que la notion de finesse max est floue, est il fin d'ailleurs,

pour tant c'est l'avion qui m'a permis d'emmener mon père voir de haut les lieux de sa jeunesse avant qu'il ne décède,

je n'aime pas cette avion, mais il pardonne bien, et il reste un avion auquel reste attaché des moments fort de ma vie, comme mon premier arc en ciel circulaire et l'ombre de l'avion au centre,

mais qu'il est lourd au commandes, oui la cinématique est vraiment mal foutue ,

la prochaine fois je vous parlerais d'avions plus sympa, ;-)
passion-avion
 
Messages: 0
Inscrit le: 14 Déc 2011, 08:27

Re: Vol-éval...

Messagepar Pegase.tv » 24 Déc 2011, 10:23

Pour la remarque de JLS, bons ou mauvais, c'est tout comme... Des fois, c'est plus intéressant de voler sur un mauvais, qui prend la tête mais rend l'affaire passionnante et du coup ça laisse des souvenirs. Pour qu'un excellent avion laisse des souvenirs, il faut qu'il soit génial. Sans ça, il reste dans la mémoire comme un moment de vol naturel, et les gens heureux n'ont guère d'histoires à raconter. Alors qu'une poubelle, ou un avion tordu, ça marque.
En plus, on a chacun ses critères et ses réactions instinctives, donc un avion qui est pour certains absolument délicieux ne l'est pas pour d'autres. Il y a des trucs qui m'ont laissé des souvenirs mitigés, alors que d'autres les ont adoré. J'ai constaté ça dans les planeurs, par exemple: venant de l'avion à moteur et y ayant acquis quelques habitudes, la manière de voler et les réactions de certains planeurs m'ont laissé parfois très mal à l'aise. Et c'est aussi vrai, selon les jours, que la perception change...
Par exemple, un lendemain de meeting à la Rochelle, Jeannot Salis qui y avait amené un beau T6 me dit "tu me ramènes à la Ferté, on s'est couchés tard hier soir...", et je me retrouve devant dans c't'engin que j'avais jamais piloté. Il m'aide à la mise en route, et comme il faisait très beau, il s'endort pendant le roulage. Bon, c'est un avion... Le vol jusqu'à la Ferté fut un non-évènement, j'ai fait de mon mieux pour que le Jeannot dorme sans interruption, j'ai bien aimé la douceur et la précision du T6 et la manière douce dont fonctionne le Pratt réglé en croisière paisible, et j'ai même fait une sorte de kiss. Du coup, je me retrouve avec la mention T6 sur mon bout de papier, et un peu plus tard par une belle après-midi calme je me dis, sur le gazon de la Ferté, qu'un tour de T6...
Et je me retrouve en l'air totalement à côté de la plaque, derrière l'avion, au ras de la panique, cherchant tout et ne trouvant rien, pilotant par à-coups, et après un tour de piste étriqué heureux comme tout de laisser choir cet équivalent américain d'une armoire normande sur le gazon, à jamais marqué par l'impact des roues au seuil de piste. C'était pourtant le même avion, météo identique, même pilote...
Un planeur, tiens, qui m'a souvent fait ça, c'est le Bijave. Un coup je l'adorais, avec ses lenteurs paresseuses mais sa douceur gentille, un coup je le haïssais avec son vol approximatif, ses effets secondaires géants, ses inerties étranges...
More to come! Je vais aux courses de Noël, c'est pas fini...
BC
Pegase.tv
Site Admin
 
Messages: 4097
Inscrit le: 06 Fév 2003, 16:19
Localisation: Nantes

Re: Vol-éval...

Messagepar Bee Gee » 24 Déc 2011, 10:55

Je pense qu'il aurait fallu voler dans les années 20-30 pour vraiment se rendre compte ce qu'était un mauvais avion, à cette époque ils étaient presque tous mauvais, les bons étaient exception !
De nos jours (cad depuis les années 50 !) on sait faire de très bons avions qui passent de toute manière par le filtre de la certification, tout cela fait que les avions d'aujourd'hui volent tous de la même manière, bien qu'ils conservent naturellement chacun un caractère propre, j'aime voler sur tout ce qui vole, j'apprécie, enfin plutôt j'appréciais tout autant un C150 qui un formidable avion école qu'un D112 un Cub, un DR400 un PA28 un Mooney, un CAp10 un Extra, un Falco un Sf260 tout autant que ce gros balourd de T6, tous se valent en étant tous différents .. le reste est une question de feeling, certains apportent plus que d'autres, il y a toujours une part de subjectivité et de gout personnel..
On est pas des ... quand même !
Bee Gee
 
Messages: 1073
Inscrit le: 08 Sep 2003, 11:13

Re: Vol-éval...

Messagepar passion-avion » 24 Déc 2011, 12:23

BC évoques le T6 comme pilote,

moi je ne peux l'évoquer "que" comme passager, mais j'y ai passé pas mal d'heure en vol en pax,

après avoir squatter un aéroclub en aidant à laver , pousser, ranger les avions de ce club, nettoyer le club house en autre un certains nombre de membres m'avaient pris en sympathie, je n'avais pas un rond, 16 ans tout juste étrenné , et j'ai pu commencer à faire le sac de sable dans les avions du club et toucher du manche, mais d'autre membre ont trouvé ça anormal et se sont arrangés pour me faire virer puisque je ne pouvais même pas payer une cotisation, les pelouses tondues et autre bricolage suffisaient à payé le 2t de mon caddy,

alors je me suis retrouvé comme un con dehors à regarder les avions voler, assez rapidement le docteur blondel c'est aperçus que j'étais souvent là et un jours qu'il pleuvait me dit de me mettre à l'abri dans son hangar , je connaissais déjà son avion le T6 (le nord 1000 n'était pas sorti de sa grande restauration)

j'ai donc pris en privilège d'être dans cet antre, et il m'a dit que si je voulais je pouvais venir le dimanche matin , il a toujours besoin d'un coup de main, pour regonfler les pneus, balayer etc etc, et aussi la visite annuelle , il m'autorise à toucher on avion, je suis aux anges, à cet époque il n'y avait personne d'autre, plus tard pas mal de morpion on commencé à faire la cours du dr et l'ambiance s'en est ressenti.. passons,

étant le seul à l'aider il m'a proposé à venir voler sur cet avion, j'avais déjà pas volé en avion de club,ou de proprio d112, dr315, chevalier, gardan , mousquetaire , mooney m20

me voilà dans la place arrière arnaché , le moteur démarre avec un grand nuage de fumé, de vibration et de bruit malgré le casque, je me suis dit "mais que fais tu là dedans" ensuite ça c'est un peu calmé dans ma tête mais le coeurs battait fort, un vol super , un atterrissage en douceur faut dire qu'il le connaissait bien son T6 , j'ai eu l'occasion de tâter le manche en vol , effectivement très doux ,

les passages bas à 200kts restent dans ma mémoire, les 2g (ça fera rire beaucoup mes 2g mais pour moi .. ) derrière pour une ressource cool reste dans mes tripes,

je n'oublie pas non plus la caprices d'une batterie un peu fainéante en hiver et les démarrage à la manivelle, étant le plus costaud (entendez par là le plus gros ;-) ) c'est moi qui m'y collait, le nez à 80cm derrière l'hélice et sentir les compressions passer dans la manivelle, le bruit, les odeurs et les heures à s'en occuper,

ce qui a été fantastique, c'est d'aller dans des meeting et que des personnes viennent me voir en me disant si j'acceptai de laisser ma place de T6 pour le vol retour en échange d'une place dans un stampe ou autre, que vous dire, il croyait que c'était pour moi un sacrifice de laisser ma place, mais pour aller dans un stampe ou je ne me souviens plus quoi d'autre était pour moi un plaisir,

je n'ai jamais piloté le T6 à proprement parlé, pourtant il est un avion impressionnant pour moi, et plein de souvenir, mon "warbird" à moi .

prochain coup je parle d'un avion que j'ai piloté, promis ;-)
passion-avion
 
Messages: 0
Inscrit le: 14 Déc 2011, 08:27

Re: Vol-éval...

Messagepar Sam_TT » 24 Déc 2011, 13:54

Si vous me permettez de parler travail, vu que la première session de vols de l'Electro Light 2 se termine avec l'arrivée des vacances !

Image

Donc point de vue pilotage, ce sont des sensations de planeur ancien avec des effets secondaires marqués, un certain manque de stabilité en lacet additionné à une absence d'efforts sur la gouverne de symétrie.
La visibilité est bonne vers l'avant, y compris vers le bas, un peu limitée vers l'arrière (ce qui ne doit pas gêner un pilote d'avion qui ne tourne pas la tête). Il est possible de rajouter une lucarne sous l'aile, qui ne rajoute pas vraiment de visibilité en virage.
Décollage en 300m dans la neige, moitié moins sur piste sèche mais c'est plus difficile à mesurer :wink:
Montée à pente max : 2m/s vers 85 km/h.
Au 3ème vol je suis monté au sommet du Hongrie dans de l'air parfaitement stable, 660m de dénivelé au moteur, suivi de quelques paliers à différentes vitesses pour des mesures et d'une approche simulée avec remise de gaz. Il restait 1/8ème de capacité.
Mon grand plaisir est de faire des coupures et des remises en route du moteur, vu que la procédure se limite à déplacer le curseur !
Le décrochage est sain, j'ai fais un tour de vrille de chaque cotés pour confirmer.

Coté hautes vitesses, il doit être possible d'atteindre la VNE choisie à 175 km/h, mais je préfère étalonner le badin avant...

Il y a pleins d'autres photos en cliquant là : http://aviassistance.free.fr/photos/ElectroLight2-1/electrolight2-1.htm
Et des infos techniques et commerciales ici : http://www.electravia.fr/ELIGHT2.php

Passez de bonnes fêtes,

Sam
PS : J'aurais bien aimé parlé de Fouga, mais Philippe a été plus rapide ! Le mien avait des étoiles bleues : http://aviassistance.free.fr/photos/IACE2001/IACE2001.htm
Tu pars à fond et t'accélères.
Sam_TT
 
Messages: 0
Inscrit le: 27 Mars 2009, 11:05
Localisation: Alpes du sud

Re: Vol-éval...

Messagepar François VFR » 24 Déc 2011, 14:18

Bravo pour la réalisation.
Est-ce qu'il y a un gros rapport avec le L-Spatz 55 pour ta version électrifié Samuel ?
Merci pour les impressions sur le Fouga plus haut.
François
François VFR
 
Messages: 803
Inscrit le: 19 Jan 2008, 00:02
Localisation: Nantes

Re: Vol-éval...

Messagepar François VFR » 24 Déc 2011, 15:52

DA20, motorisation Rotax.
Image
@Photo non perso, en attendant de remettre la main sur une des miennes.

Chiant au possible à faire décrocher, d’ailleurs peut-on vraiment parler de décrochage, c’est plus du parachutage.
On aurait envie de le faire voler avec un capot légèrement plus haut sur la ligne d’horizon mais il est fait pour voler avec le nez légèrement plus bas : très, très bien pour la visibilité devant.
Dans la turbulence je n’ai absolument pas trouvé qu’on était trop brassé par rapport à des avions finalement plus gros.
Avec un passager de forte corpulence, on ne grimpe pas aux arbres et il ne faut surtout pas être trop pressé, exemple sur une remise de gaz avec tous les volets sortis + un « gros » à côté, il va falloir se la jouer patient et subtil, très formateur donc avec des questions de ce genre : quand est-ce que je rentre un cran, je prolonge le palier, je pique, je tire légèrement, je me débarrasse du gros, etc ???
J’aime beaucoup sa roulette folle pour 2 raisons :
A la rotation et avec du vent de travers y’a aucune surprise ça fait déjà depuis longtemps qu’on contre naturellement, et pour tourner serré au sol c’est totalement génial.
Je le trouve ce petit avion très maniable en vol presque trop mou sur les ailerons comparativement à la profondeur, mais il faut dire qu’il a une bonne envergure par rapport à sa longueur.
La course de la manette de pas variable me semble trop courte mais heureusement elle est très précise.
Conclusion : Petit avion super facile à piloter. (à suivre RF6-B)
François
Dernière édition par François VFR le 25 Déc 2011, 03:26, édité 1 fois au total.
François VFR
 
Messages: 803
Inscrit le: 19 Jan 2008, 00:02
Localisation: Nantes

Re: Vol-éval...

Messagepar passion-avion » 24 Déc 2011, 17:03

moto planeur plus ancien,

le RF3, rené fournier à moteur vw , simple allumage, pas de démarreur, pas d'alternateur, un décompresseur qui lève légèrement les soupapes pour faciliter la prise de tour moteur quand celui ci à été arrêté pour le démarrer en vol,

le trace mono roue, les balancine sous les ailes,

on rentre dedans au chausse pied, la verrière fermée il y fait vite chaud,

de mémoire il était de 1963, une grand plume qui fait qu'on se demande si on ne va pas accrocher les balises de taxiway avec les balancines,

le moteur en route , ses échappements assourdi est presque agréable verrière fermée,

la prise de vitesse est rapide, assez surprenante pour un moteur vw, la tenu d'axe se fait bien si on a pris la peine de contrer un peu avant que le couple se fasse sentir, la mise en ligne de vol est surprenante car on a un peu l'impression de plonger, c'est du à une allure de vol queue haute,

la difficulté est de garder les ailes bien à plat , car si une balancine se met à trainer, elle freine et déclenche une dérive de la trajectoire, alors dans les 30/50 premiers mètres , c'est souvent d'un coté de l'autre, temps que l'aile n'a pas assez de vitesse pour trouver un équilibre stable,

ensuite il décolle tout seul quand c'est bon, on peut le décoller plus tôt, mais si il y a de la piste il décolle tout seul assez vite, la montée sans être vertigineuse est franche , la rentrée de la mono roue est un moment épique , en effet le levier est entre les jambes derrière le manche, et il est assez loin, il faut donc plonger pas mal pour la choper la poignée, ce qui peut amener des mouvement sur le manche, d'autant qu'il faut attraper la poignée avec la main droite et que les gaz sont à gauche, donc vraiment attendre une altitude de sécurité pour lâcher les gaz prendre le manche main gauche et plonger attraper la poignée avec la main droite,

la mono roue est assez lourde à relever, et souvent entre le déverrouillage et le blocage en position rentrée, ça se fait en deux fois voir trois, le premier temps on débloque la roue, on relève la tête si tout va bien, ensuite on essaye de relever et la bloquer, la solution que j'avais adoptée était d'imprimer un peu de balancier à la roue pour avoir de l'élan et la bloquer,

sinon le vol, c'est un régal, la douceur de la plume, les commandes efficaces et précises, comme je volais en plaine la notion de planeur n'était pas vraiment exploitée , il nous était même interdis de couper le moteur, pourtant dans les années 50/60 il y a avait une section vol à voile, autre temps autre moeurs,

mais malgré tout moteur réduit le plaisir de cette grande aile fine ce fait sentir, une fois je n'ai pas compris de suite, une pompe m'a prise sous l'aile gauche doucement, je braque aux ailerons et rien ne se passe, j'étais en vent arrière de la prise de terrain, l'aile se lève encore je continue à braquer et je me dis il y a un truc qui cloche, je regarde l'aile gauche et vois l'aileron quasiment en buté, et je réalise d'un coup que j'ai une aile dans la pompe et que ça va en sortir, le temps d'y penser j'ai pu remettre les ailerons à plats et même un peu a droite car je sortais de cette pompe, pas paniqué, mais moment magique, faut dire que comme c'est un monoplace et qu'il n'y a pas de biplace donc l'apprentissage sur cette machine ce faisait soi même,

la sorite du train se faisait avec la même subtilité, on débloquait le train il pendouillait sous son poids, et ensuite il fallait le verrouiller, pour les habitués, un petit coup de manche aidait à le verrouiller, les petites nana du club avec des petits biceps ont souvent eux des sueurs sur l'affaire,

qui dits motoplaneur dit bonne finesse, forcément ce n'est pas un truc de compète, malgré tout il fallait bien gérer les vitesses pour éviter d'allonger l'approche, alors il est équipé d'aérofrein, la manette est à gauche, donc on lâche les gaz pour sortir les aérofreins, et il n'y a pas de verrouillage, et la consigne sur cette avion (je ne sais plus si c'était une consigne du manuel de vol ou des instructeurs) était de sortir complètement les AF ou qu'ils soient rentrés,

donc AF sorti en courte final et main sur les gaz pour éventuellement corriger la vitesse en finale,

alors au touché de la roue, s'il est très doux ça va bien, si il est un peu dure et que l'on a pas encore pris le réflexe d'attraper la manette d'AF pour les tenir sortis, ceux entre et on se retrouve 2 mètre au dessus du sol et de la piste qui déroule en dessous,

ce motoplaneur était super agréable, pas vicieux, décrochage dans l'axe, une douceur de vol sensationnel , son défaut un train pas simple à manipuler, des AF qui rentraient tout seul au mauvais moment, un des gros avantage cout de l'heure modique malgré l'usage de l'essence avion au lieu de prendre de celle des stations auto,

motoplaneur arrivé en bout de potentiel moteur, a été arrêté de vol, mis en vente pour une poignée de cerise, des anglais sont venus, on négocié le prix , une fois conclu ils ont ouvert une mallette de liquide enlevé la somme de la négociation et reparti en vol avec l'avion, en rigolant un peu en disant que chez eux pas de potentiel , nous les jeunes avions perdu un bras ou plutôt une aile pour voler,

il fait parti des avions que je repiloterai avec un plaisir non dissimulé,

à la prochaine pour un autre populaire, ;-)
passion-avion
 
Messages: 0
Inscrit le: 14 Déc 2011, 08:27

Re: Vol-éval...

Messagepar stephane greiner » 24 Déc 2011, 17:21

passion-avion a écrit:un décompresseur qui lève légèrement les soupapes pour faciliter la prise de tour moteur quand celui ci à été arrêté pour le démarrer en vol,

FAUX! Seul le RF4D était équipé d'un décompresseur,celui-ci ne lève pas LES soupapes mais LA soupape de décompression sur le dessus de la culasse.



passion-avion a écrit:la tenu d'axe se fait bien si on a pris la peine de contrer un peu avant que le couple se fasse sentir

FAUX! Les 39ch n'imposent pas un couple de Corsair,l'axe se tient tout seul avec peut-être un poil de pied.


passion-avion a écrit:la difficulté est de garder les ailes bien à plat

FAUX! Même au pas lors du roulage mettre le manche en buté permet de basculer d'une aile sur l'autre et même de laisser les 2 balancines en l'air,mettre un peu de pied aide au mouvement d'une aile sur l'autre.



passion-avion a écrit:en effet le levier est entre les jambes derrière le manche

FAUX! Le levier est sur le coté droit de la cabine et le levier du verrou sous la jambe droite.



passion-avion a écrit:et je réalise d'un coup que j'ai une aile dans la pompe

Et bah elles sont maousse chez toi les pompes!



passion-avion a écrit:on débloquait le train il pendouillait sous son poids, et ensuite il fallait le verrouiller, pour les habitués, un petit coup de manche aidait à le verrouiller, les petites nana du club avec des petits biceps ont souvent eux des sueurs sur l'affaire,

Pauvres petites! Pourtant j'ai de petit bras et le train ne me semblait pas si lourd,le sortir a vitesse trop élevée fait même qu'il est aspiré et se verrouille violemment


passion-avion a écrit: l'on a pas encore pris le réflexe d'attraper la manette d'AF pour les tenir sortis

La tenir sortie en la poussant avec le coude gauche et manier la manette des gaz du bout des doigts .





Tu es mal tombé sur ce sujet mon pote! :D 8) :wink:

Image
stephane greiner
 
Messages: 3225
Inscrit le: 19 Avr 2003, 14:33
Localisation: Montargis (45),et Etampes (LFOX).

Suivant

Retour vers Libre service

cron